logo Football Observatory  
FRA | ENG

Observatoire du football CIES

Observatoire du football CIES

L’Observatoire du football CIES se compose de quatre personnes : trois chercheurs (les docteurs Raffaele Poli, Roger Besson et Loïc Ravenel), ainsi qu’un collaborateur en charge de la saisie de données (Andrea Pessina). L’Observatoire bénéficie également de l’appui du personnel du Centre international d’étude du sport, institution au sein de laquelle ce groupe de recherche a été créé et développé.

Notre mission est de repousser les frontières de la connaissance au service du développement durable du football dans le monde.

Depuis sa création en 2005 par Raffaele Poli et Loïc Ravenel, l’Observatoire du football CIES s’est imposé comme une référence en matière de démographie du marché de travail des footballeurs, d’analyse de la performance technique des joueurs et d’évaluation scientifique de leur valeur de transfert.

Plus généralement, les chercheurs de l’Observatoire du football CIES sont spécialisés dans les méthodes quantitatives. Les services fournis comprennent l’exploration de données et leur visualisation. Nous sommes également spécialisés dans la production de données par des enquêtes menées sur la base de questionnaires et leur valorisation dans le cadre de l’édition de rapports de recherche.

L’expertise de l’Observatoire du football CIES a été régulièrement sollicitée dans le cadre de mandats par des institutions aussi prestigieuses que la FIFA, l’UEFA, City Football Group, Chelsea FC, SL Benfica, etc. Des mandats sont aussi effectués sous le couvert de l’Observatoire du sport CIES pour des organisations telles que la FIBA ou le CIO.

Le site de l’Observatoire du football CIES connaît un succès grandissant. Plus de 25’000 abonnés reçoivent nos lettres d’information. La fréquentation du site est également en hausse constante avec plus de 3 millions de pages vues en 2017. Le compte Twitter de l’Observatoire du football CIES est suivi par plus de 7’000 followers, tandis que la page Facebook est accessible ici.

Plus